POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 26 décembre 2010

L’an 2010, annus horribilis en Haïti

LIONEL MARTIN, MÉTRO
Publié: 25 décembre 2010 23:30
La Perle des Antilles a vécu une année 2010 calamiteuse. Le plus pauvre des pays des Amériques a subi un séisme qui a détruit sa capitale, une épidémie de choléra et une contestation violente des résultats de l’élection présidentielle.

Port-au-Prince, épicentre d’un violent séisme de magnitude 7,3
Un tremblement de terre d’une magnitude 7,3 est survenu le 12 janvier 2010 à 16 h 53. Son épicentre est situé à 25 km de Port-au-Prince, la capitale.
Ce séisme a fait 250 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abris. De très nombreux bâtiments ont été détruits dans la capitale, dont le palais national et la cathédrale Notre-Dame de Port-au-Prince. Les dons ont afflué du monde entier et les Haïtiens vivent dans d’immenses camps de toile dressés par les ONG.
La reconstruction bute sur la désorganisation de l’État et un problème structurel antérieur lié à la propriété foncière.
2 500 décès attribués au choléra
Selon le ministère haïtien de la Santé, l’épidémie de choléra a entraîné la mort de 2 591 personnes et 121 518 personnes ont été traitées pour cette infection. Les premiers cas avaient été recensés en octobre dans la région de l’Artibonite, au nord d’Haïti, avant que la maladie ne se répande ailleurs au pays.
Un camp des Casques bleus népalais de la région a été pointé du doigt comme étant à l’origine de l’épidémie. La MINUSTAH, la force de maintien de la paix de l’ONU, avait fait savoir que tous les tests effectués dans le camp étaient négatifs. L’ONU a toutefois mis sur pied un comité scientifique international pour enquêter sur l’origine de l’épidémie.
Évincé, Sweet Mickey a la rue derrière lui
Le 28 novembre, les Haïtiens ont voté pour élire un nouveau président, malgré le chaos provoqué par le séisme et le choléra. Les résultats préliminaires, le 7 décembre, classent Michel Martelly troisième, 6 500 voix derrière le candidat du pouvoir, Jude Célestin. La rue prend parti pour le célèbre chanteur, qui évoque des fraudes massives, et c’est tout le processus électoral qui est remis en cause, 12 candidats sur 18 demandant l’annulation pure et simple du scrutin.
http://www.journalmetro.com/monde/article/727699--l-an-2010-annus-horribilis-en-haiti

Aucun commentaire: