POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 20 décembre 2010

Haïti-Cholera : L’ONU crée un panel scientifique international pour établir l’origine de la maladie

P-au-P, 19 déc. 2010 [AlterPresse] --- Le Secrétaire General de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Ban Ki Moon, a annoncé le 17 décembre la création d’un panel scientifique international pour examiner l’origine de l’épidémie de cholera en Haïti, alors que des organisations alertent sur une flambée épidémique à la capitale. La décision de Ban Ki Moon survient après la publication de plusieurs rapports et études scientifiques établissant que la bactérie responsable du cholera présente dans le pays provient de l’Asie et que l’épidémie a pour point de départ une base de casques bleus népalais à Mirebalais (est).
Plus de 2500 personnes ont été tuées par le cholera sur près de 115 000 cas enregistrés, selon le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires.
Suite aux troubles post-électoraux qui ont paralysé la capitale haïtienne ainsi que plusieurs villes de province, deux organisations, Solidarités Internationales et ALIMA déclarent constater une flambée de cas de cholera à Port-au-Prince, dans une note acheminée à AlterPresse le 17 décembre.
Plus de 300 cas ont été admis dans les centres de traitement de ALIMA à Delmas (secteur nord) et à Pétion Ville (périphérie est) la semaine dernière, soit autant depuis le début de ses activités il y a un mois, lit-on dans la note.
« Les autres acteurs de soins constatent aussi une augmentation importante dans des quartiers jusque-là moins touchés par l’épidémie », indiquent les deux organisations.
Selon un responsable de Solidarités Internationales, les barricades installées dans les rues ont joué un grand rôle dans l’expansion de la maladie en paralysant les opérations de vidange des latrines et d’approvisionnement en eau dans les camps de sinistrés du 12 janvier.
« L’ensemble des intervenants doit se sentir responsable, d’une part, du fait que l’accès aux soins des patients atteints du choléra ne soit jamais restreint et que, d’autre part, la distribution des secours, et en priorité l’eau potable, ne connaisse aucune diminution », souligne le communiqué. [kft gp apr 19/12/2010 15 :20]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article10431

Aucun commentaire: