POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 30 mai 2018

LA PHOTO QUI TUE

Certaines réalités sont ce qu'elles sont et chargeront in fine, les émotions qu'elles charrient peu importe les coups de peinture, les masques et les outils de maquillage que l'on serait tenté d'utiliser pour les camoufler. Nous préférons de très loin évoquer Monsieur Dany Laferrière, Edwidge Danticat, Michaelle Jean, Anne-Louise Mésadieu ou le Docteur Ford qui portent très haut et très loin le nom d'Haïti, injectant par je ne sais quelle magie une dose de fierté à certains d'entre nous.

Pour cette catégorie de compatriotes, il n'est pas question d'évoquer les haïtiens des bateyes crasseux de la République Dominicaine ni les compatriotes quelques fois entassés dans des logements insalubres au Chili et ce, malgré les efforts déployés par les autorités pour une meilleure intégration.
En fait depuis la désastreuse déclaration de Donald Trump devenue tristement fameuse ces gens ont trouvé un responsable tout désigné : celui qui diffuse un certain type d'images plutôt dégradant pour Haïti. Et même quand il s'agit d'images de gestes ou de postures révoltants on se sent soumis à une sorte de censure tacite et pour éviter d'avoir à s'expliquer on fait semblant de ne pas voir. Une attitude qui nous transforme en complices d'un acte qui mérite une désapprobation radicale pour pousser à un changement.

Depuis quelques jours circulent sur les réseaux sociaux, la photo d'une banderole « publicitaire » ventant les mérites d'une communauté dont les habitants chient dans les latrines et se lavent les mains après avoir déféqué ! Nous sommes en… 2018 ! Le temps ou le monde parle d'intelligence artificielle !
À première vue, je me suis gardé de retweeter la photo avec un message de circonstance. Histoire de faire plaisir à celui qui a mis la photo et qui fait partie de mon réseau.
Une très chère amie, connaissant mes attaches avec tout ce qui tourne autour d'Haïti jugea bon de m'envoyer en privé la photo.
Avec les remerciements de rigueur, j'ai couché comme commentaire un « what you see if what you get ! This is Haiti »
Malgré toute cette charge d'indignation que colportait la banderole publicitaire, je me suis appliqué l'autocensure et j'ai résisté à l'envie de commenter.
Un compatriote ami des réseaux sociaux, Jhimmy Jean connu pour ses analyses solides et ces commentaires coupe-gorge, ne laissa pas passer inaperçue cette peinture qui intègre la palette moins honorable attribuée ou observée en Haïti.
Une banderole ventant en créole une certaine fierté pour une communauté, fait normal et banal pour le monde de chier dans des latrines et de se laver les mains après !
Ce que je n'avais pas pris le temps d'observer sur le cliché fut le nom du commanditaire de cette campagne qui doit être sûrement l'organisme qui a financé et organisé l’action dont l'objectif visait à pousser des haïtiens à chier dans des latrines au lieu de se soulager à même le sol ou de le faire dans des sachets en plastique qui sont balancés dans les rues après.
En marge et à gauche de la banderole on y lisait : O-X-F-A-M !
Oui l'ONG britannique engluée avec d'autres, dans ces scandales de comportements sexuels inappropriés lors de leurs missions. Oxfam particulièrement a été indexée en Haïti dans un scandale sexuel rapportant des faits survenus lors de missions dans les suites du passage du tremblement de terre de 2010. Selon les informations relayées par les médias, les membres de cette mission auraient organisé des fêtes avec des femmes haïtiennes – des prostituées pour les participants. Ces accusations firent boules de neige et éclaboussèrent d'autres organisations non gouvernementales qui ont eu des comportements similaires.
La présence de cette banderole traversant une rue du pays ne saurait laisser indifférent et pousse à pas mal de réflexions.
Cependant que dira-t-on qui n'ait pas été dit sur la situation d'Haïti que reflètent bon nombre de situations pour le moins anormales pour ne pas dire aberrantes ?
En effet comment pourrait-on dire que l'on est fier parce que l'on chie dans les latrines ! Mais la réalité du pays nous ramène de temps en temps un de ces constats amers, de vrais constats d'échec.
Cela me rappelle une expérience vécue lors d'un voyage réalisé après le tremblement de terre avec une ONG française. Lors d'une réunion, j'avais entendu dire que dans les fonds alloués à Haïti par l’Agence Française de Développement il restait (en juillet 2010 !) 3.000.000 d'euros non utilisés. Sept mois après le 12 janvier, les responsables ne savaient pas encore quels projets financés. Puisque ces fonds n'étaient pas destinés à aider Haïti après le tremblement de terre, il était hors de question de les dépenser dans la reconstruction de logements ou de bâtiments détruits ou dans la a prise en charge de 1.500.000 déplacés en grandes difficultés. Le temps les talonnait. Il fallait absolument trouver un projet à financer avant septembre.
Quelques mois après, j'ai lu à travers les pages des journaux locaux que la coopération française finançait la construction de latrines dans le Nord du pays et plus particulièrement dans la deuxième et historique ville du Cap haïtien.
La réalité est dure mais c'est la nôtre. Le vrai amour pour Haïti est celui qui transforme chaque citoyen en compatriote engagé dans un combat à mener sérieusement et à gagner le plus vite possible.
Quand un bébé réclame et utilise le pot pour faire ces besoins, on dit qu'il est propre. Cette banderole nous avertit que tous les haïtiens ne sont pas encore propres. Une nation créée dans des circonstances plus que particulières, il y a 215 ans, reste une nation très jeune, dans un contexte ou l'on ne se gêne pas à accepter l'existence d'un ancien et d'un nouveau monde.
Mais il est inconcevable de se considérer être dans cette phase puérile ou chier dans des latrines s’assimilerait à un exploit ou un motif de fierté.
La construction d'Haïti incluant hommes et institutions doit partir d'un point proche du départ ou de zéro avec des définitions toutes nouvelles.
Le directeur des archives nationales, en poste depuis 30 ans reconnaissait que près de 3.000.000 haïtiens ne disposaient d'aucun document prouvant son appartenance légale à ce pays.
Donc il y a des problèmes moins attractifs pour inciter à des applaudissements nourris du peuple. Mais dont la solution aurait une vraie portée citoyenne. Et identifier les haïtiens en serait un.
Après nous avoir montré comment caguer dans des latrines, OXFAM se lancera peut-être dans une campagne d'identification des haïtiens.
Ces projets ne sont ni utiles ni importants ni pour les gouvernements ni pour les pouvoirs.
Roule ! Caravane du Changement !
Dr Jonas JOLIVERT
30/05/2018

Aucun commentaire: