POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 7 février 2016

7 FEVRIER 2016

Ce dimanche 7 février 2016, je n’écrirai pas sur la fin du régime de Michel Martelly qui se décline plutôt en queue de poisson. Je ne fais pas partie de ceux qui suivent sur les médias locaux la retransmission du discours d’adieu du président sortant.
Ces situations viennent toujours avec leurs mots de circonstances et leurs formules clichés.
Comme autour de l’épopée des élections présidentielles avortées, il était difficile de commenter prévoir et se projeter sur le futur car en Haïti les évènements se succèdent comme par hasard sans savoir qui mène ou qui fait quoi. Impossible d’utiliser des éléments comme  LOGIQUE  et COHERENCE pour expliquer et comprendre les faits , les positions et  les comportements des différents acteurs.
Donc je resterai assez attentiste. Je prendrai le temps de savourer cette défaite de la communauté internationale qui, l’espace de ces élections aura compris que si les haïtiens toujours remarquables par leur résilience et leur aptitude à tout gober le veulent, ils peuvent faire avancer les choses.
L’avenir n’est certes pas plus radieux.
Les maîtres du pays tenteront par tous les moyens de récupérer la main mais, ce qui est fait est fait.
Le constat est là. Il faudra déplorer cette carence criante de Leadership. Ces anciens dirigeants et leaders populaires qui se referment dans un silence complice.
La population comprend qu’il faut agir. Mais la direction à prendre ne se dessine pas aussi clairement que le voudrait l’urgence de la situation.
La route sera donc très longue !
Haïti a encore le temps.

Haïti n’a que 214 ans !

Aucun commentaire: