POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 28 août 2013

Haïti. Fièvre anti-homosexuels

À Haïti, les violences se multiplient autour de la question homosexuelle. A l’origine, une rumeur prêtant aux autorités l’intention d’autoriser le mariage gay.
À Haïti, une rumeur circule disant que le gouvernement - ou le Parlement - serait sur le point de présenter un projet de loi autorisant le mariage homosexuel. Ce que nient catégoriquement les responsables politiques du pays. Pour autant, incités par les leaders religieux - en grande majorité protestants et évangélistes -, les habitants étaient des milliers à descendre dans la rue le 17 juillet pour s’opposer à toute idée d’union homosexuelle. Deux personnes ont trouvé la mort en marge de cette manifestation, ayant été sauvagement agressées sans que la police puisse intervenir.
47 agressions en deux semaines Les jours qui ont suivi, les agressions homophobes ont été nombreuses dans le pays. Début août, la Commission interaméricaine des droits de l’Homme en recensait 47, "à l’aide de couteaux, machettes, pierres et bâtons". Dernier épisode en date, l’attaque d’une villa sur les hauteurs de Port-au-Prince où étaient célébrées les fiançailles privées de deux hommes, un coopérant anglais travaillant pour le compte de La Croix-Rouge et un Haïtien. Les assaillants, qui étaient plusieurs dizaines, d’après le site d’information "Haïti Libre", ont agressé les convives à coups de pierre et de cocktails molotov. Ils ont incendié deux véhicules, avant de saccager la propriété et de tenter d’y mettre le feu. Des policiers les ont faits fuir. Plusieurs blessés ont été à déplorer.
"Vice importé par les étrangers" Pour la majorité des Haïtiens - qui sont extrêmement croyants -, l’homosexualité est une dérive, une déviance, voire une débauche sexuelle. On plonge là dans le plus grand obscurantisme. Même les esprits les plus éduqués véhiculent cette image. Un professeur d’université, Jean-Abner Charles, demande aux homos "de respecter ceux qui ne le sont pas et d’éviter avant tout le harcèlement sur eux". Il demande que les gays et les lesbiennes se dotent d’un signe distinctif "connus d’eux seuls" pour se reconnaître entre eux.
Le peintre Arthur Cédric Auguste, interrogé par le journal "Le Nouvelliste", parle, lui, de "vice importé par les étrangers. Légaliser cette pratique serait un TGV luxueux pour la propagation du sida et autres MST". Un pasteur appelle, de son côté, ses concitoyens à "sauver" les homosexuels en les confrontant aux vérités de l’écriture "en leur donnant la conviction de pécher".
Sur les forums, certains internautes se déchaînent, accusant les homosexuels d’avoir sacrifié les deux victimes du 17 juillet. "Les homos n’auront pas peur sous la conduite de leur père, le diable, de sacrifier certains d’entre eux pour accuser ceux qui, utilisant la bible, s’opposent à leur déviance contre-nature".
À 300 km de Port-au-Prince, en République dominicaine, les homophobes sont aussi extrêmement virulents. Dans ce pays, les leaders religieux ont exprimé leur colère à l’annonce de la nomination de James Brewer, le nouvel ambassadeur américain. Diplomate qui n’a jamais caché son homosexualité. Commentaire d’un vicaire catholique : "S’il arrive, il va souffrir et sera forcé de partir".
Didier Déniel

Aucun commentaire: