POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 16 décembre 2011

Le « Parlement Jeunesse » s’engage pour les droits de l’homme en Haïti

15 décembre 2011
Publié dans la catégorie : À La Une, Quoi de neuf ?
Dans la continuité de la Journée des Droits de l’Homme -célébrée le 10 décembre dernier- les jeunes parlementaires issus de la 3e législature du « Parlement Jeunesse » ont présenté, ce mercredi 14 décembre, au Parlement haïtien, leur programme de volontariat sur les droits de l’homme. Ce qui leur a également permis de remettre à leurs aînés la Déclaration des Jeunes pour les Droits Economiques Sociaux et Culturels ainsi que le projet de loi portant création de la Banque Nationale des Affaires et de l’Investissement.
A l’initiative de l’Association des Volontaires pour la Démocratie (AVD), de la Section des Droits de l’Homme (SDH) de la MINUSTAH et de l’Ambassade du Canada, le jeune « président de la République », Chenet Dorrilus, a annoncé le lancement de « Jeunes pour les droits de l’homme », un programme de volontariat pour les droits de l’homme dont le démarrage est prévu pour janvier 2012 et dont les jeunes ont promis d’évaluer les résultats.
Basé sur la sensibilisation sur les droits de l’homme dans les écoles et lycées du pays, ce programme sera exécuté en partenariat avec de jeunes artistes primés lors de la cérémonie, en l’occurrence le militant des droits civiques Charlot Jaquelin Junior, récipiendaire du prix « Jeunes de l’année » en même temps que les artistes Dog-G et Izolan et le chanteur Wanito reconnu « Etoile de l’année ».
Les jeunes parlementaires de la 3e législature du « Parlement Jeunesse » ont également saisi l’occasion pour remettre au sénateur Kelly Clédor Bastien, désigné par les présidents des deux chambres pour les représenter, et président d’honneur du « Parlement Jeunesse », les deux projets de lois qu’ils avaient symboliquement ratifiés lors de leur semaine parlementaire qui s’est tenue du 21 au 28 octobre 2011.
Dans la Déclaration des Jeunes pour les Droits Economiques Sociaux et Culturels (DESC), les « jeunes parlementaires » exhortent la 49e législature à ratifier le Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels (PIDESC). Pour ce qui est du projet de loi, ils invitent à la création d’une Banque Nationale des Affaires et de l’Investissement pour financer les nouvelles entreprises et réduire le taux de chômage chez les jeunes.
« La jeunesse n’est pas une, mais multiple », a déclaré pour sa part le sénateur Bastien faisant référence aux jeunes des campagnes, des bidonvilles et des quartiers résidentiels urbains. « Promouvoir les droits culturels, c’est réparer les torts des uns et donner les mêmes droits à tous et à toutes sans trop léser les héritiers traditionnels de la culture », a ajouté le sénateur du Nord qui a salué l’initiative et souhaité qu’Haïti s’engage sur la voie des DESC.
Le président de la Chambre des députés, Sorel Jacinthe, dans son discours de clôture, a pour sa part exhorté les jeunes à interpeller les parlementaires et le gouvernement sur la mise en application des dispositions sur la parité contenues dans la Constitution amendée et non encore publiée, mais surtout à maintenir le dialogue avec les institutions pour le suivi de la mise en œuvre des politiques publiques.
La Section Droits de l’Homme de la MINUSTAH accompagne le projet « Parlement Jeunesse » depuis octobre 2010 dans le cadre du Programme de Monitoring des Politiques Publiques (PPMP). Selon la SDH, le financement du projet est passé de 20.000 à 30.000 dollars américains cette année, « même si la Section des Droits de l’Homme n’est pas un organisme de financement de projets ».
Quelque 159 jeunes âgés de 18 à 25 ans – 99 jeunes députés, 30 jeunes sénateurs et 10 jeunes journalistes parlementaires pour le Parlement Jeunesse ; 17 jeunes ministres, 1 jeune secrétaire du Conseil des Ministres, 1 jeune Premier Ministre et 1 jeune Président pour le Gouvernement Jeunesse- ont pris part à la dernière semaine parlementaire en assumant soit le rôle d’un membre du « Parlement Jeunesse » ou du « Gouvernement Jeunesse ». Ce qui leur avait permis de découvrir les fonctions parlementaires au sein du Palais législatif haïtien.
Le « Parlement Jeunesse » a vu le jour dans la ville du Québec, au Canada, en 1949. Haïti en a fait l’expérience pour la première fois en 1998 avec « Sénateur en herbe ». Il a cependant fallu attendre l’année 2006, marquant le Bicentenaire du Parlement haïtien, pour inaugurer la première Législature.
Et en 2010, lors d’une session extraordinaire, les « les jeunes parlementaires » ont remis aux présidents des deux chambres les trois résolutions relatives à la reconstruction nationale, à la création de l’Université Louverturienne de la Caraïbe (suivant le modèle de l’Université des West Indies), et un projet de création d’un « Parlement Jeunesse » de l’Ile (PJI) avec les Jeunes Parlementaires de la République Dominicaine.
Rédaction : Jonas Laurince
Edition : Habibatou Gologo
http://minustah.org/?p=33233

Aucun commentaire: