POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 29 juillet 2011

Haïti : Quatre organisations élèvent la voix contre les expulsions

P-au-P, 28 juil. 2011 [AlterPresse] --- Quatre organisations dont la Plateforme de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) et le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Refugiés (GARR), dénoncent les expulsions forcées orchestrées, selon elles, par les responsables haïtiens. Les organisations affirment, dans un document conjoint, que la récente opération de déguerpissement de familles de déplacés au Stade Sylvio Cator constitue une atteinte à la dignité humaine.
La Force de Réflexion et d’Action sur le Logement (FRAKKA) et la Plateforme des Organisations Haïtiennes de Défense des Droits Humains (POHDH) paraphent également le document qui critique les autorités.
Les organisations rappellent que cet acte va à l’encontre de la mission de la mairie de Port-au-Prince et représente une trahison au regard des promesses du président Michel Martelly de reloger les sinistrés du séisme.
En ce qui concerne "Kay Pa m", projet de crédit au logement, les organisations plaident pour que le programme soit accessible aux travailleurs du secteur informel.
« Mais ’Kay Pam’, même si c’est une initiative d’une banque commerciale (appartenant à l’Etat), ne doit pas ôter la responsabilité à l’Etat de travailler à garantir le droit au logement dans le pays, autrement dit le droit de tout le monde à un espace digne pour vivre », affirment les quatre organisations.
Les organisations plaident également pour de véritables solutions au problème du logement prenant en considération la question foncière.
Par ailleurs, la PAPDA, la POHDH, le GARR et le FRAKKA se disent surpris que le président Martelly ait demandé le prolongement du mandat de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) pour un an.
Ces entités appellent le Parlement à ne pas voter en faveur de la décision du chef de l’Etat et préconisent la mise en place d’une institution haïtienne pour gérer et organiser la reconstruction du pays.
« Tout l’argent de la terre ne suffira pas à reconstruire Haïti si les Haïtiens eux-mêmes ne se mobilisent les premiers », concluent-ils. [kft gp apr 28/07/2011 16 :00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11337

Aucun commentaire: